S'adapter et innover

Initiatives

Objectif qualitatif

L’industrie alimentaire belge doit :

  •  Continuer à investir, de manière prioritaire, dans des nouveaux systèmes de production plus durables
  • Augmenter la part de la valeur ajoutée consacrée à la R&D, en développant de nouvelles techniques et de nouveaux produits contribuant, entre autres, à un régime alimentaire plus équilibré et à un système alimentaire plus durable
  • Protéger de manière plus efficace les inventions en augmentant le nombre de brevets demandés et déposés

Ambitions pour le secteur

  1. Investissement/valeur ajoutée > 18 % chaque année
  2. Dépenses internes R&D/valeur ajoutée > 3 % chaque année

Contribution et plan d'action de FEVIA

Faire en sorte que les deux pôles de compétitivité Wagralim et Flanders’ FOOD reçoivent suffisamment de moyens pour continuer à encourager l’innovation dans le secteur alimentaire

En :

  • Incitant les entreprises à devenir membre de Wagralim et Flanders’ FOOD
  • Contribuant aux projets de Wagralim et Flanders’ FOOD à hauteur de 1,5 FTE
  • Participant activement aux réunions stratégiques et conseils d’administration de ces deux organismes

Contribution aux « Sustainable Development Goals »

Indicateurs

Evolution des investissements

invest evol FR

La part des investissements dans la valeur ajoutée des entreprises alimentaires connait des hauts et des bas mais semble reprendre de l’ampleur ces dernières années. Notons que les données disponibles ne permettent pas de définir si les investissements réalisés sont prioritairement des investissements contribuant le plus au développement durable.

Evolution des dépenses en matière de recherche et développement

Evol R&D FR

L’évolution des dépenses internes en matière de recherches et développement montre ces dernières années une croissance régulière et un bon spectaculaire en 2014 et 2015. Le ratio par rapport à la valeur ajoutée a donc évolué positivement pour atteindre les 3 %. Même si l’évolution des dernières années est positive, ce pourcentage reste bien inférieur à celui de l’ensemble de l’industrie manufacturière (9,71 %).

Nombre de projets et dépenses dans les centres de compétitivité

Wagralim et Flanders’ FOOD sont les deux pôles de compétitivité de l’industrie alimentaire belge. Ces deux pôles ont été créés sous la houlette des autorités régionales, en étroite collaboration avec FEVIA Wallonie et FEVIA Vlaanderen.

Mi-2017, 87 projets ont été lancés et sont soutenus par Wagralim et Flanders’ FOOD depuis leur création. Le budget total affecté à ces 87 projets s’élève à plus de € 105 millions, dont 28 % émanent de l’industrie. Les projets sont très divers : ils concernent tant la mise au point et la mise sur le marché de nouveaux produits (pour répondre notamment à des préoccupations en matière de santé ou de sécurité alimentaire) que la qualité intrinsèque des produits ou la meilleure utilisation des flux connexes.

Nombre de chercheurs actifs

En 2015, l’industrie alimentaire belge comptait dans ses entreprises 1.173 chercheurs actifs soit 322 de plus qu’en 2008 (source : Politique Scientifique Fédérale).

Nombre de brevets déposés

Entre 2006 et 2016, 246 brevets ont été octroyés à des entreprises belges en matière alimentaire (source : Service public fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie), soit plus d’une vingtaine par an. Le nombre de brevets par an a augmenté ces dernières années. Cette augmentation s’explique entre autres par une série de réformes apportées au système de brevets comme l’augmentation de leur durée de validité.