Gagner son pain

Initiatives

Objectif qualitatif

La rentabilité moyenne du secteur doit être à un niveau acceptable. Cela doit permettre aux entreprises d’investir et de créer de l’emploi. Le climat pour le développement des PME est également plus favorable.

Des initiatives en matière de recherche et développement sont également plus faciles. Enfin, une rentabilité suffisante permet de dégager des marges qui pourront également être investies dans des programmes sociétaux ou autres.

Ambitions pour le secteur

Marge opérationnelle nette > 4,2 % minimum chaque année.

Contribution et plan d'action de FEVIA

Œuvrer pour :

-  Une diminution des coûts salariaux

- Des coûts énergétiques sous contrôle

- Pas de nouvelles taxes

En :

-  Organisant au minimum 20 rencontres à haut niveau avec le pouvoir politique et l’administration

- Objectivant la situation en publiant chaque année des rapports économiques belge et régionaux

Contribution aux « Sustainable Development Goals »

Decent work and economic growth

Indicateurs

Evolution de la marge opérationnelle nette de l’industrie alimentaire

Marge opérationelle nette

La marge opérationnelle nette de l’industrie alimentaire évolue à nouveau ces dernières années vers le niveau de 2005-2009 après une forte baisse en 2010 et 2011. La faible valeur de la marge opérationnelle nette comparée à d’autres secteurs industriels est due en grande partie à une hausse du prix des matières premières, à une part importante de la valeur ajoutée qui est consacrée aux coûts salariaux, à une profusion de taxes, contributions et rétributions élevées ainsi qu’à une pression à la baisse sur le prix des ventes des produits finis.

Répartition moyenne des coûts et des facteurs de production pour produire un produit alimentaire dans une entreprise belge (2015)

Repartition  Cout FR

Dans les coûts de production d’une entreprise alimentaire belge, le coût de la matière première et des produits intermédiaires représente en moyenne 50 %.