Limiter les émissions dans l'air et dans l'eau

Initiatives

Objectif qualitatif

L’industrie alimentaire émet du CO2 essentiellement via les chaudières fonctionnant au fuel, au gaz naturel. Elle rejette également différentes matières via ses eaux usées. L’industrie alimentaire a pour objectif de poursuivre la diminution de ses émissions de CO2 et des émissions dans l’eau.

Ambitions pour le secteur

  • Diminution les émissions de CO2 utilisée par unité de production de :
    • 22,8 % entre 2005 et 2020 pour les entreprises wallonnes en Accord de branche
    • 15 % entre 2014 et 2030 pour les entreprises flamandes
  • Diminution de 30 % des matières organiques (DBO) rejetées via les eaux usées entre 2010 et 2020

Contribution et plan d'action de FEVIA

Sensibiliser les entreprises et collaborer à développer des outils d’aide aux entreprises

En :

  • Sensibilisant et accompagnant 160 entreprises dans l’Accord de branche Energie/CO2 et l’Energiebeleidovereenkomst
  • Faisant en sorte qu’au moins 50 entreprises participent aux initiatives mises en place pour les PME comme la « mini-Energiebeleidovereenkomst »
  • Organisant au moins une session d’information/an sur l’un des thèmes
  • Organisant au moins un nouveau projet avec les entreprises par an

Contribution aux « Sustainable Development Goals »

  Responsible consumption and production  

Indicateurs

Émissions de CO2

CO2 FR

En 2015, l’ensemble des entreprises du secteur alimentaire ont émis près de 2,1 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent d’une ville d’environ 320.000 habitants. C’est 26 % de moins qu’en 1990. L’année 1990 est généralement prise comme année de base pour les émissions de CO2 en référence aux objectifs européens (moins 20 % d’émissions de CO2 entre 1990 et 2020. Il faut noter que sur la même période, l’indice de production de l’industrie alimentaire a, quant à lui, augmenté de 92 % !

Ceci signifie concrètement que pour produire une unité, l’industrie alimentaire émet 64 % moins de CO2 en 2015 par rapport à 1990. Il faut néanmoins constater que les dernières années, la quantité totale de CO2 émise dans l’atmosphère par les entreprises alimentaires a tendance à se stabiliser, voire à augmenter.

Nombre d’installations d’énergie renouvelable

  Nombre d'installations
Photovoltaïque 100
Eolienne 1
Biomasse 25
Hydroélectrique 2
Géothermie 1
Total 129

Source : Cwape, VREG

Sur base d’un examen des listes d’entreprises recevant des certificats verts et des informations obtenues via l’Accord de branche Energie/CO2 et Energiebeleidovereenkomst, au minimum 129 entreprises alimentaires belges disposent sur leur site d’une installation de production d’énergie renouvelable.

De plus en plus d’entreprises du secteur disposent d’une unité de cogénération (production combinée de chaleur et d’électricité).

Emissions de matières organiques, azote et phosphore dans les eaux usées

Rejet de matières organiques

DCO FR

Rejet d’azote total

N2 FR

Rejet de phosphore total

P FR

Au cours des dernières années, l’industrie alimentaire a drastiquement diminué les émissions de matières organiques (-35 %), d’azote (-25 %) et de phosphore (-61 %) dans les eaux usées. C’est le résultat de mesures de prévention (moins de pertes de matières via les eaux usées) et la mise en place de stations d’épuration individuelles.